Les raisons de mon absence

Cela faisait très longtemps que je ne vous avais pas écrit un article « humeur » mais là j’en ressentais vraiment le besoin. Vous l’avez sûrement remarqué mais cette année j’ai été pas mal absente sur le blog ainsi que sur les réseaux sociaux et cela s’est même intensifié ces derniers mois. Dans un premier temps, mon absence était due à mes études et surtout elle était liée à mes périodes d’examens. Comme j’entamais ma troisième année de licence, je ne pouvais pas me permettre de les rater.

En obtenant ma licence de droit, je pensais que j’aurais eu plus de temps pour me consacrer pleinement au blog avant de commencer mon master de droit privé. Sauf que j’ai eu tort puisque fin juin on a déménagé mon chéri et moi dans une nouvelle ville et par conséquent dans un nouvel appartement. Mais ce n’est pas tout. Je travaille tous les étés dans une autre ville où je séjourne chez mes parents, donc même si les années précédentes je prenais des photos chez eux, cette année tout est resté dans mon nouvel appartement. Par ailleurs, je n’ai toujours pas fini d’aménager ma nouvelle pièce consacrée à mes produits de beauté ainsi qu’à mes bougies. J’attends pour cela de recevoir mon salaire afin de pouvoir m’acheter les meubles restants.

Ensuite, comme je termine le travail vendredi et que l’on part en vacances le lendemain avec mon chéri, j’aurai encore moins la possibilité d’être de nouveau active sur le blog. Même si j’essaierai de poster de temps en temps des photos en InstaStory, comme je le fais déjà pour vous montrer mes derniers achats.

En tout cas, de ce point de vue-là, pour le moment, j’accumule les produits. Il y en a certains que j’ai même acheté il y a plusieurs mois. J’aurais très bien pu prendre des photos lors de mes jours de repos puisque je retournais systématiquement dans mon nouveau chez moi à cette occasion. Mais un autre problème survenait : le manque d’inspiration. Je devais sans doute me mettre trop la pression en me disant que c’était le seul jour où j’avais la possibilité de prendre des photos et donc mon cerveau faisait un blocage. D’ailleurs à plusieurs reprises il a plu lors de mes jours de repos donc impossible de prendre des photos par manque de luminosité extérieure. Mais je doute que cela soit dû à un blocage puisque je suis arrivée à un stade où je ne suis absolument plus satisfaite de mon travail, des photos que je prends et des articles que je poste. La possible cause ? Peut-être toutes ces photos parfaites que je voie sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram.

D’ailleurs, Instagram qui était mon réseau social préféré est en train de me perdre car je n’y vais quasiment plus. Il y a déjà un gros manque d’activité et de visibilité à cause du nouvel algorithme. Mais surtout je ne vois pratiquement plus que des posts sponsorisés. Je me suis pourtant désabonnée d’une centaine de comptes mais c’est hallucinant comme ce réseaux social est devenu un véritable panneau publicitaire ! Et encore certaines n’indiquent même plus lorsqu’il s’agit d’un produit reçu gratuitement. C’est pourtant couru d’avance lorsque plusieurs personnes parlent exactement du même produit en même temps. Et par pitié, arrêtez avec vos hashtags « likeforlike », « followme », ou pire encore d’acheter des likes ou des abonnés pour espérer avoir une visibilité, car c’est la preuve que vous n’êtes là que par intérêt…

Il y a également autre chose qui m’a particulièrement choquée car je vous avouerai que j’étais complètement ignorante à ce sujet : c’est le prix d’un post sponsorisé sur Instagram. J’ai donc découvert récemment, par le biais d’un « thread » sur Twitter, que les « influencers » (bien que je déteste ce mot) pouvaient être payés plus de 1000€ pour une photo postée sur Instagram… Comment dire ? Je sais que tout travail mérite salaire mais de là à gagner une telle somme en publiant une simple photo avec un texte parfois écrit de toutes pièces par la marque je trouve cela complètement exagéré. Je travaille tous les étés et je gagne le SMIC, mes parents ont tout sauf des salaires mirobolants et je peux vous assurer que je connais la notion de l’argent (malgré le fait que je sois dépensière). Mais ce qui me choque le plus c’est que toi tu galères un mois entier à travailler six jours sur sept, même le dimanche, pour gagner le SMIC alors qu’à côté il y a des gens qui gagnent exactement la même somme en postant une simple photo sur les réseaux sociaux… Je suis désolée mais non je n’arriverai jamais à comprendre cela. Au final, ils ont peut-être 1 million de « followers » mais seulement 30 000 sont réellement actifs sur leur compte donc bon ! Personnellement ce monde me dépasse totalement. Je dois sûrement être trop « naïve » – dans le bon sens du terme – dans ce domaine.

Au-delà de tout cela, j’ai également une forte démotivation qui s’est installée au fur et à mesure du temps et du peu de retour sous mes derniers articles. Je suis bien évidemment consciente que je suis une toute petite blogueuse et que forcément si une blogueuse plus connue sort un article sur le même produit que moi, même si le mien avait énormément de vues au début, du jour au lendemain il tombe dans l’oubli. C’est le jeu mais parfois cela ne donne plus vraiment envie de passer des heures et des heures derrière son ordinateur pour un article qui récoltera 10 vues.

Enfin bref, je m’excuse par avance pour cet article assez négatif mais je voulais vraiment partager avec vous mon état d’esprit du moment. Je me lasse de voir ce que devient la blogosphère où les partenariats pleuvent. Je suis une personne entière et passionnée. Bloguer ne m’apporte rien financièrement parlant et pourtant j’y trouve mon compte. En tout cas, m’éloigner de tout ce stress de « l’article parfait » me fait le plus grand bien, même si au fond cela me manque énormément de bloguer.

Je me demande même si lorsque je serai complétement installée, je pourrai reprendre goût au « blogging » comme avant. En tout cas, pour le moment je n’y arrive plus. Même si j’essaie de me forcer, je ne supporterais pas de publier un article bâclé avec des photos médiocres. Et oui, être perfectionniste n’a pas que du bon. Surtout dans cet univers où finalement la beauté des images prime sur l’écriture.

Laisser un petit mot

Votre adresse mail ne sera pas publiée. - Les champs * sont obligatoires